Eaux pluviales et de ruissellement

De quoi parle-t-on ?

L’eau de pluie tombe sous forme de précipitations. Lorsqu’elle touche le sol, on distingue alors les eaux pluviales et les eaux de ruissellement.

Les eaux pluviales

Les eaux pluviales sont définies comme la partie de l’écoulement qui est « gérée » ou « maîtrisée » par des dispositifs dédiés (infiltration, stockage, collecte, transport, traitement). Par exemple, en milieu urbain, les eaux qui ne se sont pas infiltrées, peuvent être collectées par des fossés ou par des avaloirs raccordés à un réseau enterré de canalisations, avant de rejoindre le fossé ou le cours d’eau récepteur. Sur leur parcours, les eaux pluviales peuvent être régulées dans des ouvrages de stockage.

En milieu urbain, on distingue deux modes de gestion des eaux pluviales :

  • Une gestion pluviale classique : gestion « tout tuyau », en réseau unitaire ou séparatif
  • Une Gestion Durable et Intégrée des Eaux Pluviales (GDIEP) : mode de gestion des eaux pluviales à la source, au plus près de leur lieu de production (à la parcelle ou à l’ilot), basée sur l’infiltration et/ou la rétention des eaux. La GDIEP permet de redonner aux surfaces d’écoulement un rôle régulateur, de filtration des polluants et de recharge des nappes

Les eaux de ruissellement

Les eaux de ruissellement sont définies comme la part des eaux de pluie qui s’écoule de façon diffuse ou concentrée, sans être prise en charge et gérée/maîtrisée par un dispositif dédié. En circulant (notamment via la voirie) et en s’accumulant dans des points bas, les eaux de ruissellement sont à l’origine d’inondations  et constitue un risque majeur pour les personnes, les biens et l’environnement.


Le Schéma Directeur de Gestion des Eaux Pluviales (SDGEP)

Lancé en 2024, le SDGEP a pour objectifs de :

  • Connaître et comprendre le fonctionnement hydraulique des réseaux d’eaux pluviales dans les zones urbaines du territoire
  • Analyser les impacts sur les milieux récepteurs
  • Proposer des actions et des mesures pour privilégier la gestion des eaux pluviales à la source, limiter les débordements et le ruissellement, et améliorer la qualité des rejets pluviaux

Les résultats du SDGEP serviront à établir les zonages pluviaux communaux, annexes des PLU, qui réglementeront la gestion future des eaux pluviales en milieu urbain

Finalisé en 2026, ce schéma constituera également un outil d’aide à la décision pour décider ou non le transfert de la compétence « Gestion des Eaux Pluviales Urbaines » (GEPU) des communes vers la CCLLA.

Pourquoi gérer durablement les eaux pluviales ?

  • Pour maîtriser les pollutions par temps de pluie et ainsi protéger les cours d’eau récepteurs : les eaux pluviales issues des surfaces imperméabilisées véhiculent des flux de pollution variés. La réduction de ces flux pour les faibles pluies permet de préserver la qualité des milieux récepteurs
  • Pour améliorer la performance des systèmes d’assainissement eaux usées
  • Pour favoriser l’infiltration des eaux pour améliorer la recharge des nappes souterraines
  • Pour prévenir les inondations par ruissellement pour les pluies importantes en ralentissant les écoulements et le cycle de l’eau. En cas d’événement exceptionnel, assurer la sécurité des biens et des personnes
  • Pour adapter les villes au changement climatique : désimperméabilisation, végétalisation, lutte contre les îlots de chaleur
  • Pour améliorer la biodiversité en ville

Les solutions pour gérer durablement les eaux pluviales

Ces solutions privilégient la gestion des eaux pluviales à la source, au plus près de leur point de chute (à la parcelle ou à l’ilot), basée sur l’infiltration et/ou la rétention des eaux.

Solutions fondées sur la nature :

  • Fossés et noues végétalisées
  • Jardins de pluie / arbres de pluie
  • Echelles d’eau
  • Revêtements perméables végétalisés – ex : dalles gazon
  • Bassins à ciel ouvert (à sec ou en eau)
  • Toitures terrasses végétalisées

Revêtements perméables non végétalisés :

  • Dalles pavées
  • Béton alvéolé
  • Pavés drainants en béton

Ouvrages enterrés :

  • Tranchées drainantes
  • Puits d’infiltration
  • Chaussées à structure réservoir
  • Ouvrages enterrés (dont Structures Alvéolaires Ultra Légères – SAUL)
  • Ouvrages de stockage pour une réutilisation des eaux de pluie

Pour plus d’informations, consulter :

Revenir en haut de page

Rechercher