Le Conseil de Développement

Conseil de Développement : les forces vives en action

Le Conseil de Développement du territoire Loire Angers est officiellement en place depuis février 2018, avec déjà quatre dossiers sur lesquels plancher. 

 

Territoire : de Durtal à Bellevigne-en-Layon

Le Conseil de Développement englobe trois collectivités : la Comcom Loire Layon Aubance (19 communes), mais aussi Angers Loire Métropole (31 communes) et la Comcom Anjou Loir-et-Sarthe (18 communes). Soit plus de 380 000 habitants. Le Conseil siège à Angers, mais dispose aussi d’antennes locales – les comités territoriaux d’animation- sur chacun des trois territoires.

 

122 conseillers

Il regroupe les représentants de 108  organisations – associations, chambres consulaires, groupements…- et 14 personnes qualifiées, soit 122 habitants impliqués dans la vie économique, culturelle, sportive… de ce vaste territoire. Ce sont tous des membres de la société civile, non-élus. Le Conseil est présidé par Jean-François Caillat, ancien DGA du CHU d’Angers. Chaque intercommunalité est également représentée par un vice-président, Gino Mousseau pour la Comcom Loire Layon Aubance (CCLLA).

 

La mission : réfléchir

Les membres du Conseil de Développement auront pour objectif d’apporter leurs points de vue d’experts, d’usagers ou de simple citoyen, sur les défis à relever en matière de transports, transition écologique, économie et emploi, développement du numérique, culture, santé, logement…. Le Conseil pourra être saisi sur un dossier par une des collectivités locales, ou s’auto-saisir d’une thématique, et disposera d’un an environ pour proposer un avis.

 

3 questions à Gino Mousseau

 

 

 

 

 

 

« Rêver le territoire »

Ancien maire de Saint-Lambert-du-Lattay et président de l’Agence de Développement Loire en Layon, Gino mousseau est désormais un des trois vice-présidents du Conseil de Développement.

 

Quels sont les prochains dossiers sur lesquels le Conseil va plancher ?

« Il y a déjà trois saisines en cours, sur trois thématiques : mieux se déplacer demain, « Comment préserver la qualité de vie face au changement climatique » dans le cadre du plan Climat Air Energie, et le projet de territoire de la CCLLA, un sujet qui m’intéresse particulièrement, bien sûr. Le Conseil s’est également auto-saisi de la question « Accéder et revenir à l’emploi sur le territoire de Loire Angers ».

 

Quel est votre rôle au sein du Conseil de Développement ?

« Il y a des gens très pointus dans ce conseil, et j’imagine que chacun va avoir une idée sur chaque dossier, et vouloir défendre son point de vue, d’autant plus qu’ils sont tous volontaires ! Il va donc falloir organiser tout ça, donner à chacun la possibilité de s’exprimer y compris sur des sujets qu’il connaît moins, car les questions naïves sont tout aussi intéressantes, souvent. »

 

Pour les élus et agents territoriaux, à quoi peut servir l’avis du Conseil de Développement ?

« Pour moi, le Conseil de Développement doit évacuer les problèmes matériels, budget, appels à projets et autres cadres juridiques, pour rêver le territoire par rapport à la mutation de la société actuelle. On doit aller loin, imaginer comment on veut vivre sur ce territoire dans 15 ans. Et nous devons à mon sens être capables de faire des propositions qui peuvent être farfelues, mais aussi innovantes. »

 

 

 


En 1 clic